Paroisse Sainte Joséphine Bakhita

Diocèse de Tours

Accueil > J'ai besoin de l'église > Les sacrements > L’Eucharistie > Le sacrement de l'Eucharistie
Le sacrement de l'Eucharistie
Par VDA**********AIL le 11/06/2020 22:26:55:00, cet article a été lu 21955 fois.

L'eucharistie : Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Avec la Parole, le Pain et le Vin de l’Eucharistie sont les nourritures laissées par le Christ. Il nous a donné son Corps et son Sang pour vivre dans le monde : “Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous”. (Evangile selon Saint Jean).


Que signifie ce sacrement ? Qu’apporte l’adoration du Saint-Sacrement ? Quelques réponses en vidéo.



En prologue, Frère Olivier Quenardel compare l’Eucharistie à la main de Dieu, qui offre son cœur, par son fils bien aimé Jésus le Christ et en épilogue, définit l’Eucharistie comme le sacrement de la Charité et de l’Amour.

A Paris, à Notre-Dame de l’Arche d’Alliance où il célèbre la messe, le prêtre de la paroisse présente l’Eucharistie comme le sacrement fondateur de la communauté des chrétiens. Des paroissiens tentent d’exprimer la force des sentiments qu’ils éprouvent à se nourrir du pain de vie.

En Suisse, un jeune député a eu la révélation de la présence du Christ dans l’Eucharistie. Elle a déterminé sa vocation d’ermite et de fondateur d’une communauté. Eucharistein accueille des jeunes en difficulté et des familles en recherche de réconfort. Tous ont trouvé dans l’Eucharistie force, paix et amour et ont éprouvé la transformation de leur vie à cette communion

Une production : CFRT/ France2







Les tablettes de la foi - L'eucharistie


Souvent réduite à la Communion, qu’est-ce que réellement l’Eucharistie?

L’eucharistie recouvre l’ensemble de ce rendez-vous hebdomadaire des chrétiens que l’on appelle communément la messe ; cette assemblée où les fidèles rassemblés vont communier au corps du Christ.

En grec, « eucharistie » signifie action de grâce. Il s’agit donc d’un moment festif durant lequel, nous rendons grâce à Dieu, nous faisons mémoire de ce qu’il a fait pour nous et où nous anticipons le banquet du royaume. Cette action de grâce que nous appelons célébration eucharistique se compose de différents moments essentiels de la doctrine et de la prière chrétienne

Le coeur de cette célébration est un repas, qui rappelle, la Cène, le dernier repas de Jésus. Ce temps du repas est toujours précédé de la lecture de la Parole de Dieu car « l’Homme ne se nourrit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » Mat 4, 4

La parole biblique est proclamée dans les lectures, de l’ancien et du nouveau testament, elle est également chantée en Psaume, et commentée dans l’homélie. Mais revenons sur le coeur de la célébration, la prière eucharistique proprement dite. Elle s’adresse (toujours) au Père. Comme Jésus l’a demandé, le récit de sa dernière Cène est repris tel quel : « Faites ceci en mémoire de moi » Luc 22, 19

Au cours de ce repas, les fruits de la terre travaillés par l’homme, pain et vin, sont présentés au Créateur ; l’Esprit Saint est invoqué sur le pain et le vin pour qu’ils deviennent réellement Corps et Sang du Christ, puis consommés par ses enfants rassemblés. C’est ce qu’on appelle la liturgie eucharistique.

On fait mémoire du sacrifice du Christ, qui aima les siens jusqu’au bout en se donnant totalement par sa mort sur la croix. En communiant au corps du Christ, uni à son offrande, le peuple de Dieu forme ainsi un seul corps.

Une production : CFRT / REVIVAL prod / France Télévisions

Crédits : Musique originale : Thomas Pouzin





Manger le corps du Christ, pourquoi ?

Le rite chrétien de la communion des fidèles au corps et au sang du Christ interroge, surprend, déconcerte. Pour le comprendre, il faut revenir à la Cène et aux paroles du prêtre lors de la célébration eucharistique.

Une production : CFRT/ France Télévisions





Marthe Robin, une vie cachée


    “Après bien des années d’angoisse, après bien des épreuves physiques et morales, j’ai osé : j’ai choisi le Christ Jésus.”

A l’âge de 16 ans, Marthe Robin ressent les premières atteintes d’une encéphalite qui va la priver de l’usage de ses membres. Elle restera alitée jusqu’à sa mort, le 6 février 1981, au terme d’une vie entièrement tournée vers les autres et vers Dieu.

Privée de l’usage de ses membres, elle fonde les “Foyers de Charité” et accueille dans sa petite chambre des milliers de personnes, offrant à chacun le visage d’une femme pleine de vie et de bon sens, de simplicité et de joie. Mystère d’une vie cachée, d’une vie donnée, dont le rayonnement ne cesse aujourd’hui de grandir dans le monde entier…

    “Je voudrais pouvoir dire à tous ceux qui cherchent partout un introuvable bonheur, que le secret pour être heureux, malgré les souffrances et l’adversité, se trouve caché dans l’Evangile, que c’est là que leur sera révélé le grand commandement de l’Amour.”







L'hostie : La chance d'un renouveau

L’hostie est ronde, blanche et plate. Ressemble-t-elle encore à du pain ?






Le vin : Le signe de la nouvelle alliance


De l’origine hébraïque du rituel de la coupe à la symbolique du vin dans l’eucharistie.

Une production : CFRT/ France2







Adorer le Christ Vivant



Le long du littoral méditerranéen, dès son arrivée dans son secteur paroissial, le Père Hervé Dussel a proposé l’adoration du Saint Sacrement. A la Grande-Motte ou dans l’église de Palavas tous les jeudis, il offre ainsi  la présence du Christ dans l’hostie consacrée à la prière des paroissiens.

Ce coeur à coeur avec Jésus est un moment essentiel dans leur journée et aussi une rencontre décisive dans une vie. En témoigne un jeune cadre qui a changé de vie grâce à cette présence et soeur Luisa dont la vocation est née de l’adoration du Saint-Sacrement.

Pour tous, elle est un rendez-vous d’amour à ne rater pour rien au monde.






Pourquoi adorer Jésus dans le Saint Sacrement ?


L’histoire de la pratique religieuse peut expliquer pourquoi les catholiques adoraient le Saint Sacrement au lieu de communier. Mais le Fr. Yves Combeau va plus loin en expliquant le sens de l’adoration eucharistique.

Une production : CFRT

Crédits : Présentation : Père Yves Combeau, o.p. Graphisme et illustration musicale : Aurélien Boeri





Les bénédictines du Saint-Sacrement

En Pays de la Loire, le monastère des bénédictines de Craon a la particularité de pratiquer l’adoration perpétuelle du Saint-Sacrement. Les soeurs y vivent une vie monastique dans le silence et font famille en cherchant Dieu ensemble. Reportage.

Une production : CFRT/ France télévisions




Nicolas Buttet : La puissance de l'Eucharistie

Intellectuel brillant, promis à une prestigieuse carrière d’avocat, plus jeune député suisse (il est élu à 23 ans), avec un bel avenir politique, Nicolas Buttet voit sa vie basculer quand il a 25 ans. Il plaque tout et décide… de consacrer sa vie à Dieu.

Retour en arrière, alors qu’il rend visite à un ami. Celui-ci, au sein d’une petite communauté, accueille des personnes âgées malades et en prend soin. Des malades grabataires, souvent sales, qu’il faut laver et soigner. Après un premier sentiment de dégoût et de crainte, Nicolas Buttet ressent une joie de plus en plus intense au fur et à mesure qu’il s’occupe d’eux. Et puis, dans cette maison est conservé le Saint Sacrement… Une nuit, il fait véritablement l’expérience d’une double rencontre avec le Christ, présent dans les plus méprisés et dans l’Eucharistie. Une “bombe d’amour” explose en lui et le conduit, peu à peu à un changement de vie radical.

Des couloirs du Vatican à la fondation de la fraternité Eucharistein où il accueille des personnes en grande difficulté, en passant par une expérience d’ermite, Nicolas Buttet nous livre dans ce “Grand Entretien” les fruits de sa vie spirituelle entièrement centrée sur l’Eucharistie...